L’épandage aérien de produits toxiques de nouveau autorisé en Guadeloupe

protection de l’environnement OU impératifs économiques

Après la Martinique, la Guadeloupe, sur décision de la préfète de Région, a signé ce lundi un arrêté autorisant l’épandage aérien pour une durée d’un an.

« Il fallait prendre en compte à la fois la santé publique, la protection de l’environnement mais aussi les impératifs économiques » , précise Marcelle Pierrot à France Antilles, pour justifier cette décision qui fait suite à l’annulation [1] par le tribunal administratif des deux précédents arrêtés préfectoraux accordant une autorisation dérogatoire d’épandage aérien de produits toxiques sur les bananeraies de de Guadeloupe.

Collectif vigilance citoyenne - Communiqué

Comme vous le savez déjà sans doute, la Préfète a accordé l’autorisation d’épandage aux planteurs de bananes, après un effet de com’ bien marqué, les planteurs faisant comme si la Préfète ne voulait pas leur donner cette autorisation... Tout était donc bien orchestré. Lurel et la Préfète (laquelle d’ailleurs est aux ordres du gouvernement) ont pris leurs responsabilités.

Comme il avait été prévu lors de notre dernière réunion, nous tenons une Assemblée Générale le jeudi 2 mai 2013.

Nous invitons toutes les associations et tous les citoyens qui se sentent concernés par ce grave problème de l’épandage aérien à participer à cette réunion. La gravité de la situation appelle une mobilisation unitaire et nous sommes ouverts à toutes les propositions.

L’ordre du jour consistera à faire le point sur la nouvelle situation ainsi créée.

Nous adopterons également nos statuts puis nous procéderons à l’élection des membres du bureau de l’association.

A lire :

Appel à mobilisation contre la reprise de l’épandage aérien sur 1.Bitin.fr

Épandage autorisé mais encadré, Lovely ELIAC, France Antilles, le 30 avril 2013.

Vidéo :

La Mort est dans le pré

[1le 10 décembre 2012

Mis en ligne par Bruno
 30/04/2013
 https://bitin.fr/caraibe/L-epandage-de-produits-toxiques-de.html
 Bitin Caraibe | 2004 · 2020