Correspondant Informatique et libertés du CNRS
Le correspondant informatique et liberté a été créé par la réforme de 2004 de la Loi Informatique et Liberté et par son décret d’application de 2005. Le correspondant informatique et libertés ou CIL du CNRS se positionne en intermédiaire entre le responsable des traitements des données concernées (le CNRS) et la CNIL. Le CIL est responsable de la création et de la mise à jour d’une liste des traitements effectués au CNRS (le registre), de la publication de cette liste, d’une fonction de conseil et de recommandation auprès des responsables opérationnels des traitements, de l’intermédiation CNIL / CNRS, d’une fonction d’alerte, etc.

Vos commentaires

Nouveautés sur le Web 

 cette semaine: 1 article référencé

JO2024 : l’Agence nationale de la recherche planifie la technopolice

8/04 | Pour les JO de Paris 2024, l’État français et ses institutions, comme l’Agence nationale de la recherche, financent, encouragent et (...)

Les flics équipés d’une appli de reconnaissance faciale : Appel à témoignages

6/04 | Texte initialement paru sur Mars-Infos. Vous pouvez aussi nous envoyer des témoignages/récits à contactⓐtechnopolice.fr La legal team (...)

Marseille : la bonne blague du moratoire sur la vidéosurveillance

2/04 | Hier 1er avril, le collectif Technopolice de Marseille dénonçait lors d’une action de sensibilisation devant la mairie, la promesse (...)

Suite de la campagne européenne contre la surveillance biométrique de masse

30/03 | Le collectif « Reclaim your Face », a lancé sa campagne contre la surveillance biométrique et notamment la reconnaissance faciale. « (...)

Marseille : prise de parole du 16 mars contre la « loi sécurité globale »

16/03 | (Discours des représentants de La Quadrature du Net à une conférence de presse unitaire, tenue devant la préfecture des Bouches-du-Rhône) (...)

Une vidéosurveillance peut en cacher une autre

11/03 | Ce serait enfoncer une porte ouverte que de dire que la vidéosurveillance est partout. Alors que la Cour des comptes critique l’absence (...)
 Bitin | 2008 · 2021