Comment le cannabis peut sauver et soigner la planète


Les propriétés antibactériennes et anti-virales du cannabis sont bien documentées

Pour nettoyer les sites pollués !

Comment le terrorisme et la guerre mondiale affecteront les fumeurs, et comment le cannabis peut sauver et soigner la planète...

Des plantations de chanvre aident à éliminer les radiations

Le "New Scientist" d’avril a rapporté que la compagnie américaine Phytotech et l’académie Ukrainienne des Sciences Agricoles continuent à cultiver du chanvre dans le sol radioactif autour de Tchernobyl.

Après avoir transformé les plants, ils ont obtenus des fibres de chanvre propres et des restes de plantes riches en césium radioactif. Les restes contaminés sont brûlés dans des incinérateurs scellés qui retiennent toutes les cendres radioactives.

Malheureusement, cette méthode semble n’être en mesure que de retirer une petite portion du césium radioactif, puisque il est en grande partie fermement attaché aux particules du sol.

Les événements du 11 septembre, la guerre continuelle en Afghanistan et l’escalade de la folie de l’anthrax auront tous des effets profonds sur les membres de la culture cannabique en Amérique du nord et autour du monde. Peu importe quels groupes ou individus sont véritablement derrière les attentas suicides et l’envoi d’anthrax, il est clair que le gouvernement américain a saisi l’occasion comme une excuse pour prendre des actions qui auraient autrement fait face à une vive critique publique.

Quels changements peuvent prévoir les "gens du pot" dans leur style de vie ?

La première différence à venir à l’esprit est le resserrement des frontières américaines, ce qui veut dire moins de pot entrant aux États-Unis en provenance du Canada et du Mexique. Le gouvernement américain est en train de passer une législation pour tripler le nombre de personnel aux douanes américaines, à la patrouille de la frontière, et aux services d’immigrations de la frontière du nord, de même que de donner aux douanes et à l’immigration un 50 millions de dollars supplémentaire à dépenser pour "surveiller" la frontière canadienne.

Les États-Unis avaient déjà augmenté la guerre à la marijuana canadienne avant le 11 septembre, en ouvrant un bureau de la DEA (Drug Enforcment Agency) à Vancouver, en augmentant les inspections à la frontière de la Colombie-Britannique, en infiltrant la GRC, en installant des "dispositifs anti-drogue" le long des autoroutes, et en créant une "Équipe Protection de la Frontière Intégrée" (IBET) le long des 150 miles de la zone cruciale de transport d’herbe qui débute sur la côte pacifique de la Colombie-Britannique.

Il est toutefois incertain que l’augmentation des vérifications intensives aura un effet réel, puisque les agents des douanes estiment régulièrement qu’ils n’interceptent que 2% des "cocottes" qui traversent la frontière. Peu importe, la simple perception d’augmentation de la sécurité a apparemment poussé les importateurs trans-frontière à prendre une pause, ou à rediriger leurs efforts ailleurs.

De plus en plus de "cocottes" de la Colombie-Britannique ont été rapportées dans les provinces de l’est du Canada, indiquant que certains des trafiquants empruntent une route est-ouest beaucoup plus sûre que celle du sud. Même si les cocottes de la Colombie-Britannique ne rapporteront pas autant en Ontario qu’aux États-Unis, cela demeure encore plus profitable que de le vendre localement.

En ajoutant le fait que pendant que ces lignes sont écrites, pendant que la récolte extérieure de Colombie-Britannique est séchée et triée, la plupart des observateurs s’attendent à voir le prix de revente du pot en Colombie-Britannique descendre puisque le marché devient saturé. Même si ce sont de bonnes nouvelles pour les consommateurs locaux, ce sont de mauvaises nouvelles pour les Américains qui comptaient sur les cocottes de la Colombie-Britannique pour leur survie, leur médication, ou encore pour relaxer en ces temps difficiles.

En dépit du resserrement aux frontières, les Canadiens peuvent s’attendre à voir davantage de circulation de touristes du pot, alors que les réserves des États-Unis s’épuisent et que le déplacement vers Vancouver ou Montréal devient plus attrayant que le vol vers Amsterdam.

Lorsque la réduction du pot importé disponible est accompagnée de mises à pieds chez les transporteurs aériens et d’autres industries, il est aussi logique de s’attendre à une augmentation marquée d’américains faisant pousser leurs propres "cocottes". L’augmentation du prix du pot dû à la rareté ne fera qu’aider à promouvoir cette culture domestique, tout comme la reconnaissance des applications médicales du Cannabis.

Même si une augmentation de cultivateurs américains pourrait signifier de plus grosses affaires pour l’industrie canadienne florissante de la vente de graines par courrier, la situation de panique incessante due à l’anthrax postal résulte en des procédures de stérilisation qui pourraient aussi tuer l’industrie de ventes de graines par courrier.

Tuer les graines postées

Vers la fin d’octobre, le Service Postal Américain a annoncé l’achat pour 40 millions$ de huit systèmes de stérilisation à Titan Corporation. Wil Williams, un porte-parole pour Titan, a dit à ABC News que chaque machine peut traiter environ 1000 livres de courrier à l’heure. Williams a aussi averti que le système pouvait ruiner de la pellicule non exposée, altérer de l’équipement électronique, endommager des plantes et empêcher les graines de germer. "L’important n’est pas comment la technologie peut endommager les colis, mais à quel point elle peut sécuriser le courrier Américain", a t-il ajouté avec espoir.

Le système Titan "Surebeam" utile l’électricité pour générer un rayon d’électrons qui défait la structure moléculaire et brise la chaîne d’ADN. Le système permet aussi au faisceau d’électrons de se changer en rayons X pour une pénétration plus profonde. Le système est au moins cent millions de fois plus puissant que les machines à rayons X servant à la sécurité des aéroports.

Titan a mis en marché son système Surebeam pour l’irradiation de la nourriture, clamant qu’il élimine les bactéries et tue et stérilise les insectes. Même si le système peut appliquer des petites doses qui n’affecteraient que les bactéries, les responsables de la compagnie ont affirmé que le dosage requis pour désinfecter le courrier tuerait aussi les graines et bulbes.

Dans une affirmation préparée, le Service Postal a dit effectuer des recherches "pour s’assurer que la technologie utilisé pour l’équipement d’assainissement ne cause pas d’autre problèmes en endommageant le matériel sensible".

ABC news a cité les manutentionnaires de graines et de pellicule comme étant préoccupés par la manière dont ce procédé affectera leurs produits. Un porte-parole de la compagnie Burpee Seeds, la plus grosse compagnie d’expédition de graines, a suggéré qu’ils pourraient être forcés d’avoir recours à un transporteur privé pour leurs livraisons de graines.

Le site web des Photographes Professionnels de l’Amérique averti ses membres qu’ils "n’ont pas reçu d’assurance concrète du Bureau des Postes que le nouvel équipement n’endommagera pas la pellicule photographique." Le même article cite un représentant d’Airborne Express disant qu’étant donné que leurs envois sont retraçables vers l’expéditeur, les transporteurs de colis ne devraient pas être une option populaire pour les bioterroristes. Toutefois, aucune des compagnies majeures de livraison n’a voulu s’engager à ne pas implanté des procédures de stérilisation dans le futur.

L’éditeur de Cannabis Culture, Marc Emery, un des plus gros distributeurs de commandes postales de graines de marijuana, a expliqué que la situation future est incertaine.

"Nous ne savons pas exactement ce qui va arriver. Bien sûr nous faisons tous les efforts pour s’assurer que notre entreprise va survivre, mais à ce moment-ci je ne peux faire aucune prédiction. J’encourage toute personne pensant à cultiver leur propre marijuana dans le futur à commander leurs graines maintenant pendant que cela est toujours possible."

Traiter l’anthrax et les radiations

Que les graines continuent d’être disponibles par commandes postales ou non, les Américains auront besoin de pot plus que jamais. En plus de ses importantes qualités pour soulager le stress, et la possibilité qu’être stone peut vous aider à percevoir au delà des mensonges qui sortent de votre téléviseur, un bonne quantité de Marijuana devrait aussi être une priorité pour toute personne créant son "Kit de survie Apocalyptique".

Les bénéfices médicaux du cannabis incluent la protection contre les gaz nerveux, les maladies de radiations, et les tumeurs cancéreuses. Le Cannabis est également un médicament commun pour traiter l’anthrax !

L’anthrax est une maladie infectieuse causée par la bactérie Bacillus Anthracis, qui crée des spores. L’anthrax est aussi connue comme la "maladie des trieurs de laine" puisque la majorité des infections à l’anthrax se produisent en ayant une coupure sur la peau au moment de manipuler de la laine contaminée.

Le cannabis a été utilisé comme un médicament traditionnel pour l’anthrax en Afrique et dans d’autres régions. Au milieu des années 1800, le Dr. William O’Shaughnessy a aider à introduire des médicaments à base de marijuana dans la culture occidentale. Il a utilisé du Cannabis pour traiter efficacement l’anthrax, tout comme la paralysie, l’empoisonnement sanguin, les parasites, et de nombreuses autres conditions.

Ces références sont à l’effet d’utiliser le Cannabis de façon externe, comme une pommade ou une onction placée sur la peau infectée. Les propriétés antibactériennes et anti-virales du cannabis sont bien documentées, alors qu’il ait été utilisé pour traiter l’anthrax ne semble pas surprenant.

L’affirmation à savoir si l’application directe de cannabinoides dans les poumons en fumant un joint peut aider avec les effets plus sévères de l’inhalation du Bacillus anthracis n’a pas été étudiée, mais avoir une certaine quantité de THC présente dans le système en tout temps pourrait aussi fournir une mesure de protection contre les dommages au cerveau causées par les gaz nerveux et les attaques chimiques.

Des tests effectués par l’armée américaine ont démontré que des rats qui avaient reçu des cannabinoides synthétiques avaient environ 70% moins de chance de souffrir de dommages au cerveau après avoir été exposé à une variété de gaz nerveux, incluant le sarin. Les cannabinoides ont fonctionnés à la fois comme mesure préventives et comme antidote, alors gardez quelques gros joints de prêts pour les urgences ! D’autres recherches ont démontré l’efficacité des cannabinoides synthétiques contre les dommages au cerveau dus à des blessures à la tête et à des caillots.

En ces temps de changements, certains sont inquiets d’être exposés aux radiations, par exemple causées par une arme nucléaire ou une attaque terroriste contre une centrale nucléaire. L’exposition à des hauts niveaux de radiations cause des symptômes qui incluent la nausée et les tumeurs cancéreuses. Les effets du Cannabis pour réduire la nausée sont bien connus ; mais l’est un peu moins l’habilité des cannabinoides à détruire les tumeurs cancéreuses.

En 1974, l’institut National Américain de la Santé a mandaté des chercheurs du Collège Médical de Virginie pour trouver des preuves que la marijuana endommage le système immunitaire. Ils ont plutôt découvert que le THC avait réduit la croissance de cancers des poumons et du sein, de même que d’une leucémie virulente. Leurs résultats ont été tus par le gouvernement américain, et aucune autre recherche n’a été permise. Toutefois, l’édition de mars 2000 de Nature Medecine contenait une étude réalisée par des chercheurs de Madrid, qui avaient détruit des cancers du cerveau autrement incurables chez des rats, en leur injectant du THC.

Les pouvoirs curatifs du cannabis ne sont pas limités aux humains ; la plante miraculeuse a aussi le potentiel d’aider à nettoyer la planète des toxines. Des champs de cannabis sont cultivés dans les sols radioactifs autour de Tchernobyl par l’Académie Ukrainienne des Sciences et Agriculture, en partenariat avec la compagnie américaine Phytotech.

Phytotec se spécialise dans l’utilisation de plantes pour nettoyer les sites pollués, un procédé appelé la "Phytoremédiation". Le cannabis est excellent pour briser des polluants organiques et retirer des contaminants métaux et radioactifs du sol. Le représentant de Phytotech a dit que "le chanvre s’est avéré être l’une des plantes les plus "Phyto-remédiative" qu’on ait pu trouver."

Supplanter le Gouvernement

Les étonnants pouvoirs curatifs du Cannabis sont nécessaires plus que jamais sur cette Terre. Si les gouvernements du monde étaient sérieux en ce qui concerne la protection de la santé et de la sécurité de leurs citoyens, ils encourageraient tous les gens à se planter un petit jardin personnel de pot de bonne qualité pour la multitude d’usages bénéfiques qu’il offre. Peut-être que le plaidoyer de la deuxième guerre mondiale du gouvernement américain auprès des fermiers pour "planter le chanvre pour la victoire" ("grow hemp for victory") pourrait se transformer en un appel moderne pour "planter du pot pour la paix".

Mais comme cela semble improbable dans l’immédiat, et puisque les bénéfices financiers disponibles à ceux courrant le risque de cultiver cette plante spéciale sont plus grands que jamais, il serait présentement un bon moment pour débuter ce jardin auquel vous avez toujours rêver.

Pour la santé, le bonheur et pour prendre soin de la planète, il n’y a jamais eu de meilleur moment pour planter le plus de pot possible, et supplanter le gouvernement.


Marijuana and the New World Order, Dana Larsen, Cannabis Culture, Vancouver, janvier 2002

Source : Cannabis Culture www.cannabisculture.com

Traduction : Évolution Québec

Mis en ligne par Bitin Caraibe
 1er/04/2011
 https://bitin.fr/caraibe/Comment-le-cannabis-peut-sauver-et.html

Voir aussi

Marche mondiale du cannabis 2011

La criminalisation du cannabis ne sert à rien. Ni la loi, ni la répression, ni l’obligation de soins n’ont permis de réduire durablement la demande et (...)

La criminalisation du cannabis ne sert à rien !
8 Mai 2011 - Chemin des Mineurs - Bois-Sec à Goyave (Guadeloupe)

La criminalisation du cannabis ne sert à rien.

Ni la loi, ni la répression, ni l’obligation de soins n’ont permis de réduire durablement la demande et l’offre.

Cette politique n’a que des conséquences néfastes. Des budgets et des moyens colossaux sont investis en pure perte.

Des centaines de milliers d’usagers sont victimes de la répression, de la violence induite par le marché noir et participent aux nuisances dans l’espace public, au blanchiment et à la corruption générés par le trafic.

La prohibition du cannabis est devenue une source majeure d’insécurité.

« Sème ta graine pour sauver la planète ! »

Le printemps s’annonce, et comme un bourgeon prêt à éclore, le collectif Cannabis Sans Frontières lance une campagne d’adhésion qui va faire date : les 391 (...)

Cannabis Sans Frontières
Campagne d’adhésion 2011

Le printemps s’annonce, et comme un bourgeon prêt à éclore, le collectif Cannabis Sans Frontières lance une campagne d’adhésion qui va faire date : les 391 premières personnes qui adresseront leur contribution financière, avec leur bulletin d’adhésion 2011 dûment renseigné, recevront en plus de leur modeste carte d’adhérent, une petite surprise.

Nouveau journal gratuit : [RBH]23 - La Gazette du Chanvre

Ce journal, gratuit, bimestriel, francophone, distribué aussi bien en Suisse qu‘en Belgique et en France, va donc parler du chanvre, du cannabis sativa L., (...)

rbh23.com
Un nouveau bimestriel gratuit

Ce journal, gratuit, bimestriel,
francophone, distribué aussi
bien en Suisse qu‘en Belgique
et en France, va donc parler du
chanvre, du cannabis sativa L.,
dans toutes ses formes d‘utilisation,
de son intérêt industriel,
textile, de ses qualités nourricières,
dépolluantes, du potentiel
de sa biomasse, de son usage
thérapeutique, mais aussi évoquer
sa réalité relaxante, largement
en usage en dépit des lois
en vigueur.