Café-débat : Pourquoi faire la révolution ?

Jeudi 28 février 2013 à partir de 19h

@ La Casa del Tango, à Jarry

Café-débat : Pourquoi faire la révolution ?


Jeudi 28 février 2013 à partir de 19h

Pourquoi faire la révolution ?

Par Frédéric Régent et Jean-Luc Chappey (Membres de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française, Paris I Panthéon-Sorbonne)

"L’idée de révolution est d’une incontestable présence."

Pourquoi faire la révolution ?

L’idée de révolution est d’une incontestable présence.

En témoignent bien sûr les remous qui secouent l’actualité, en particulier dans les pays arabes, où se heurtent question sociale, rapport au religieux comme fondement transcendant du social, invocation des Droits de l’homme et de la laïcité pour certains.

Mais dans les secousses d’une actualité dont le sens nous échappe parfois, le présent peut-il nous éclairer ?

Tout cela provoque un retour de l’histoire de la Révolution française qui intéresse évidemment professeurs et élèves mais aussi tous les citoyens et cette histoire peut être mise en interrogation en un nouveau approfondissement eu égard à tous ces mouvements de conquête des libertés qui deviennent le moteur de l’actualité politique.

On ne peut alors dire que la Révolution française ne commence qu’en juillet 1789 et ne s’arrête que le 9 Thermidor an II. Il faut donc redonner à celle-ci sa dimension de laboratoire du politique.

Ajoutons que la Révolution française s’inscrit dans une série de révolutions qui ébranlent la fin du XVIII° siècle, notamment l’américaine et l’haïtienne. En ce sens, elle a une dimension plus large dans laquelle s’inscrit la question coloniale. Celle-ci, comme le montre Frédéric Régent est un élément de fracture au sein des révolutionnaires.

De même, des thèmes de propagande poltique dans l’actualité récente comme celui de la mission civilisatrice de la France ne peuvent être compris sans référence à la Révolution comme l’écrit Jean-Luc Chappey.

Toutes ces question sont le thème de l’ouvrage collectif Pourquoi faire la révolution ? d’une équipe regroupée au sein de l’Institut d’Histoire de la Révolution française (IHRF) Université de Paris-I Panthéon Sorbonne.

Les auteurs : Jean-Luc Chappey, Bernard Gainot, Guillaume Mazeau, Frédéric Régent et Pierre Serna.

Caroline Severino, historienne, fera une présentation de l’ouvrage avant de passer la parole à nos deux intervenants.

La Casa del Tango - www.kazatango.com

Espace climatisé avec parquet, terasse extérieure

Bar et restauration légère

___________

Pour s’y rendre : en arrivant de Pointe à pitre, prendre la première entrée pour Jarry. Au premier rond-point, devant Savima, prendre à droite la rue Alfred Lumière et allez jusqu’au bout de la rue. La Casa del Tango est sur la gauche au numéro 651.

Adresse :

651 rue alfred Lumière ZI Jarry

97 122 Baie-Mahault

Téléphone : 0690 99 50 21

Illustration : Goya, Dos de Mayo (2 mai) - Ce tableau, peint en 1814, est également appelé La Charge des Mamelouks. Il représente une scène ayant eu lieu le 2 mai 1808 à Madrid, lors du soulèvement du Dos de Mayo, une révolte contre Joseph Bonaparte, frère de Napoléon Bonaparte. Celui-ci, pour envahir le Portugal, avait occupé l’Espagne en 1808, contraint le roi d’Espagne à abdiquer, puis donné son trône à son frère Joseph, qui devint alors roi d’Espagne (sous le nom de Joseph I).
Sur ce tableau, les patriotes espagnols s’attaquent à des Mamelouks, des mercenaires égyptiens combattant aux côtés de l’armée française. Les Espagnols sont à terre alors que l’armée française est sur de grands chevaux ce qui montre encore l’inégalité. Cette révolte est écrasée dans le sang par l’armée d’occupation.
Goya n’a pas assisté à une scène telle que celle-ci : il l’a peinte d’après des témoignages qu’il a entendus à ce sujet. Il a ainsi voulu rendre hommage aux résistants espagnols. (source : wikipedia)

Mis en ligne par Bitin Caraibe
 26/02/2013
 https://bitin.fr/caraibe/Cafe-debat-Pourquoi-faire-la.html

Voir aussi

  Cet article est repris du site http://ugtg.org/article_1104.html Depuis décembre 2008 la Guadeloupe est mobilisée avec LKP & les pwofitan ont dû reculer. Mais jodla, État français et patrons nous expliquent que les travailleurs ne doivent plus se mobiliser. Les exploiteurs nous font du chantage, comme si LKP était responsable de la crise mondiale. Manti a yo ! Nous ne devons pas tomber dans (...)
  Cet article est repris du site http://ugtg.org/article_1136.html Au moment où LKP s’apprête, avec d’autres organisations, à marquer l’histoire, il convient de rappeler à nos camarades et à nos lecteurs la genèse de cet évènement. Extraits de Chronologie des évènements tirés de Pawol a NONM de octobre 2007. Ces événements sont bien le point de départ de la résolution d’une question fondamentale : (...)