Insecticides : pourquoi le chlordécone agite-t-il (encore) la Martinique ? - Libération


Chlordécone, qu’est-ce que c’est ?

Face à la gestion sanitaire de l’Etat de ce produit phytosanitaire, reconnu comme cancérogène et perturbateur endocrinien, l’Agence régionale de santé et les députés exigent que lumière soit faite sur les pesticides.

Chlordécone, qu’est-ce que c’est ?

Le chlordécone (ou Képone) est destiné à éradiquer le charançon, un coléoptère coriace friand de bananes. Comme la plupart des pesticides organochlorés, il est « difficilement biodégradable et fortement persistant dans l’environnement », comme l’écrit Pierre-Benoit Joly, directeur de recherche à l’INRA, dans son document de 2010 intitulé « la Saga chlordécone aux Antilles françaises ». « Trois kilos de chlordécone épandus par hectare et par an ne s’éliminent totalement des sols qu’au bout de sept siècles », détaille l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques dans un rapport de 2009.(...)

Les interdictions successives

Malgré son interdiction aux Etats-Unis dès 1976, le produit a bénéficié d’une étonnante complaisance dans les Antilles françaises. Les professionnels de la banane obtiennent une première dérogation en 1981, après un ouragan ravageur. Le chlordécone finit par être interdit en 1990 par le gouvernement français.
(...)

Que reprochent l’ARS et les députés au gouvernement ?

Le chlordécone est considéré comme cancérogène et perturbateur endocrinien. Et pourtant, une décision de l’Union européenne, validée par le ministère de l’Agriculture, a autorisé le relèvement des limites maximales de résidu de chlordécone.
(...)

Un article de Balla Fofana
Libération — 30 janvier 2018

Mis en ligne par Bitin Caraibe
 12/02/2018
 https://bitin.fr/caraibe/3763-insecticides-pourquoi-le.html

Voir aussi

Guéant : mobilisation contre le racisme d’État

Nous citoyens, responsables d’organisations syndicales, politiques ou associatives, réunis le samedi 11 février 2012 : Dénonçons les propos injurieux et (...)

Les responsables de Martinique et de Guadeloupe ne doivent pas accueillir Guéant
Déclaration de membres société civile antillaise

Nous citoyens, responsables d’organisations syndicales, politiques ou associatives, réunis le samedi 11 février 2012 :

Dénonçons les propos injurieux et racistes tenus par le ministre de l’intérieur Claude Guéant et protestons contre sa venue en Guadeloupe, que nous considérons comme une provocation.

Saluons et soutenons totalement la réaction digne et légitime du député Serge Letchimy et l’assurons de notre solidarité contre toute forme de répression à son encontre.

Appelons tous les citoyens en Guadeloupe à protester :

• en portant un signe distinctif de couleur rouge durant le séjour de Claude Guéant, lundi et mardi

• en participant massivement à un rassemblement le lundi 13 février à 17h30, devant la mairie de Pointe-à-Pitre.

Tous mobilisés contre les propos racistes qui conduisent à la barbarie !

Le Groupe de citoyens

Fort-de-France : marche pour l’égalité des droits et contre l’homophobie (...)

Le collectif Citoyen de lutte contre l’homophobie Antilles organise le dimanche 27 janvier 2013 de 13 h 30 à 15 heures une marche pour l’égalité des droits et (...)

Martinique - Fort-de-France
dimanche 27 janvier 2013 de 13 h 30 à 15 heures

Le collectif Citoyen de lutte contre l’homophobie Antilles organise le dimanche 27 janvier 2013 de 13 h 30 à 15 heures une marche pour l’égalité des droits et contre l’homophobie à Fort-de-France.

"En écho à la manifestation nationale, nous appelons toute la population martiniquaise sensible à l’égalité des droits entre citoyens et désireuse de lutter contre les discriminations à se joindre à nous pour une marche pacifiste depuis les locaux de AIDES jusqu’au Parvis de la mairie de Fort de France, coté Boulevard Général de Gaulle."

Martinique : épandage aérien suspendu jusqu’à nouvel ordre !

Après le tribunal administratif de Basse Terre (Guadeloupe), le 5 juillet 2013, celui de Fort de France a également pris sa décision : les magistrats ont (...)

ASSAUPAMAR : "Une victoire qui en appellera d’autres. Restons mobilisés !" -
L’épandage aérien représente un risque pour la santé

Après le tribunal administratif de Basse Terre (Guadeloupe), le 5 juillet 2013, celui de Fort de France a également pris sa décision : les magistrats ont ainsi décidé de suspendre l’épandage aérien, pourtant autorisé par le préfet - représentant de l’état - le 26 février 2013.